Services publics et cohésion sociale: Thonon ville solidaire

Le recul des services publics est à l’origine des difficultés et du sentiment d’abandon d’une partie de nos concitoyens. L’accès aux services publics est un enjeu central, notamment pour les populations les plus fragiles. Une ville moderne, c’est une ville solidaire. Thonon est marquée par de fortes inégalités de revenus et un taux de pauvreté important malgré la richesse du territoire. Les moyens doivent suivre la croissance démographique et relever les défis de l’accès aux soins, de la cohésion sociale, de la tranquillité publique et du vivre ensemble.
Voici nos propositions pour faire de Thonon une ville plus solidaire :

  1. Centre de santé municipal
    Afin de lutter contre la carence en médecins, nous créerons un centre de santé municipal. Il accueillera des médecins généralistes et spécialistes et pratiquera le tiers-payant. Un service de prévention destiné aux jeunes y sera intégré. Nous solliciterons le soutien de l’Agence Régionale de Santé de du Conseil Départemental pour mener à bien ce projet.

  2. Des points services publics dans nos quartiers pour plus de proximité

    Nous organiserons la présence des services publics dans les quartiers grâce à des interlocuteurs formés à l’accueil et l’accompagnement pour les démarches administratives (aides aux démarches en ligne, accès aux droits, facilitation et orientation vers les services concernés). Des permanences seront organisées en lien avec les associations et les conseils de quartiers.

  3. Redynamisation des lieux de vie et espaces de quartier

    En concertation avec les habitants et les associations, nous développerons les espaces existants et créerons davantage de lieux de vie pour dynamiser le lien social. Nous faciliterons leur accès aux habitants et aux associations pour en faire des lieux de partage et d’activités pour toutes les générations. Nous favoriserons la présence de services de proximité (commerces, poste etc.) dans les quartiers. La politique de la ville devra prendre en compte cette nécessité.

  4. Favoriser le maintien à domicile des personnes âgées

    Face au vieillissement de la population, au manque de place dans les maisons de retraite et au coût de ces structures, nous créerons, en coordination avec les services gériatriques du département, un grand service de coordination du maintien à domicile des personnes âgées. Ce service travaillera à partir du domicile de la personne chaque fois que cela est possible, mais disposera aussi, en centre-ville, d’un pool de logements adaptés. Il travaillera avec les médecins traitants, les infirmières libérales, les aides-soignantes et les services d’aide à domicile. Si nécessaire, il engagera lui-même du personnel médico-social pour répondre dans l’urgence aux besoins (sortie d’hospitalisation), en l’attente d’une évaluation globale et de la mise en place d’un plan d’aide en lien avec les partenaires.

  5. Davantage d’actions intergénérationelles, pus d’entraide et de solidarité
    Nous favoriserons, en lien avec les associations, les structures d’accueil des enfants, des jeunes et des seniors et les services de la ville, des actions intergénérationnelles : échanges, activités en commun, projets partagés, entraide dans la vie quotidienne, partage d’expériences et de compétences etc.

  6. Des animateurs de territoires à temps plein, une politique cohérente et globale

    Nous favoriserons la création de temps plein pour les animateurs. Ils seront ainsi en activité sur différents secteurs (périscolaire, animation culturelle, accompagnement des projets d’habitants, etc.). Un personnel pérennisé favorise la stabilité et l’engagement au service d’une politique ambitieuse et globale de prise en compte des besoins de chaque quartier. Ceci passe aussi par une gestion municipale du périscolaire et de l’animation culturelle notamment.

  7. Un CCAS renforcé

    Nous reverrons le fonctionnement du Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) afin qu’il devienne un véritable pilote des politiques sociales de la ville : dialogue et concertation avec les associations, mise en lien des acteurs, nouveaux programmes d’actions, moyens supplémentaires (voir zoom).

  8. Un point conseil budget
    Nous créerons un point conseil budget (PCB). Ce sont des structures d’accueil inconditionnel destinées à accompagner toute personne sollicitant un accompagnement pour faire face à des difficultés budgétaires. Les objectifs des PCB sont de prévenir le surendettement et de favoriser l’éducation à la gestion budgétaire. 

  9. Un soutien renforcé au personnel

    Nous soutiendrons les personnels des structures d’accueil, les élèves infirmiers et les aides-soignants notamment, par des facilités de logement, un accompagnement administratif, une aide à la formation dès leur accueil, une sensibilisation à la connaissance des publics, du territoire et des services. Nous souhaitons ainsi favoriser une pérennisation des personnels et un accueil des publics de qualité.

  10. Renforcer la prévention pour agir efficacement pour la sécurité de tous

    Une politique de prévention efficace sera mise en place : accompagnement des jeunes en difficulté et de leurs familles, luttes contre les addictions, les violences intrafamiliales, relations de voisinage, incivilités, etc. en lien avec la police municipale, les animateurs et des médiateurs spécialisés. La sécurité pour les habitants de la ville est indispensable à son harmonie et au bien-être de ses habitants.

Le CCAS, moteur de l’ensemble des dispositifs d’accompagnement social

L’accompagnement social est assuré par des acteurs municipaux (RASED, crèches, Services éducation et jeunesse, police), le CISP (Centre Intercommunal de Sécurité et de Prévention de la Délinquance), mais aussi départementaux et nationaux (Assistantes Sociales, CAF, Pôle Emploi,…), privés et associatifs (Maisons de retraites, associations de prévention, caritatives,…). Trop souvent, chacun agit isolément. Le CCAS, en lien avec le département, doit jouer un rôle de coordination et de mise en lien de ces différents acteurs pour une meilleure complémentarité des prises en charge. Cela passe par la mise en place d’instances de coordination et de partenariat des différents services d’accompagnement et par des protocoles communs. L’action sociale, gestion de la santé mentale, des situations de handicap, de l’accompagnement des personnes âgées, de la petite enfance, de la jeunesse, des personnes socialement fragilisées doit être conçue de manière globale, en respectant et articulant efficacement les spécificités de chaque acteur. Le CCAS doit en avoir les moyens humains et matériels.

Nous invitons les Thononaises et les Thononais qui souhaitent s’engager
dans cette Nouvelle Ère à nous rejoindre pour inventer la ville de demain !

JE SIGNE LE MANIFESTE !